L’intranet 2.0 en mobilité : une transformation en marche mais qui reste à structurer

29 mars 2013


Paroles d'experts

L’intranet 2.0 en mobilité : une transformation en marche mais qui reste à structurer

Le contexte global est de plus en plus favorable au travail en mobilité :

  • Evidemment, les avancées technologiques offrent des outils et services de plus en plus puissants : les salariés disposent d’outils personnels plus performants que les entreprises ne leur mettent généralement pas à disposition.
  • Le risque de pandémie grippale de 2011 a été un accélérateur dans les consciences des dirigeants : il fallait trouver un plan B en cas d’impossibilité de déplacer ses salariés sur le lieu de travail.
  • Les nombreux épisodes climatiques imprévisibles et violents (neiges, tempêtes) et les blocages liés aux grèves mettent les questions de continuité de service au centre des préoccupations des professionnels.

 

Et de fait, le déploiement de la mobilité est une véritable tendance confirmée par les chiffres :

  • Certaines enquêtes montrent que déjà 60% des salariés utilisent leur mobile perso pour du pro et que dans 20% des entreprises le BYOD est déjà effectif.
  • L’Observatoire de l’intranet 2012, a montré que :
    • 67% des intranets sont accessibles à distance.
    • L’adaptation de l’ergonomie pour la consultation sur Smartphone est proposée dans 28% des cas (contre 17% en 2011) et la tactilité est prise en compte dans 27% des intranets.

 

Mais le ressenti au quotidien des managers et des salariés apparait plus ambivalent :

  • A côté de bénéfices tangibles
    • Pour l’entreprise : agilité, réactivité, interactivité (la mobilité facilite les usages conversationnels de l’intranet 2.0), management à distance
    • Pour le salarié : souplesse, autonomie, liberté d’organisation
  • On identifie des risques forts
    • Pour l’entreprise : distanciation, désengagement, perte de temps (distraction), complexité et réticences managériales, risque sur le patrimoine immatériel, cohésion sociale (fracture numérique)
    • Pour le salarié : addiction, perte de repères, sur-engagement (il faut l’exemplarité du top management et être très vigilant avec les dérives)

 

Pour que l’intranet 2.0 en mobilité se déploie au profit des organisations et des salariés, la ligne de conduite est la même que pour les autres outils ou dispositifs numériques :

  • Mettre l’usage concret et pragmatique au centre des réflexions
    • Cela veut dire aussi développer les services mobiles et donc les portails de services ou App Stores (25% des entreprises d’ici 2017, selon le Gartner).
    • La mobilité passe d’abord par un usage des dispositifs déjà existants.
  • Mettre en place une gouvernance claire et transparente
    • Par exemple en concevant une charte rédigée conjointement par les RH, le juridique et le SI (technique) qui clarifie l’étendue des droits et des obligations
    • En explicitant les périmètres d’usages, les bonnes et mauvaises pratiques et en partageant les expériences.

retour au blog

Autour des mêmes sujets