Retour d’expérience : la transformation digitale chez Balas

13 décembre 2016


Retours d'expérience

Retour d’expérience : la transformation digitale chez Balas

Fondé en 1804 à Paris, le Groupe BALAS se positionne comme un acteur incontournable du second œuvre technique du Bâtiment en Ile de France. Aujourd’hui, plus de 800 collaborateurs travaillent pour le Groupe BALAS dont plus de 500 sont sur le terrain. Les équipes exercent leurs savoir-faire dans des métiers aussi divers que la couverture, la plomberie, le génie climatique, la cuisine professionnelle et la réfrigération, l’électricité, l’étanchéité et plus récemment, le bardage, l’isolation et la maçonnerie.

Stéphanie Madinier, Directrice des Ressources Humaines de Balas, revient avec nous sur leur projet de transformation digitale de l’entreprise.

 

transformation-digitale

 

Dans quel contexte s’ancre votre projet de transformation digitale interne ?

Au départ, le besoin d’amorcer une transformation digitale a été identifié par rapport à la communication interne. Mais dès les premiers questionnements, avec Arctus d’une part, et avec le président, Jean Balas, d’autre part, nous nous sommes rapidement rendu compte que le spectre de la transformation était plus large que celui initialement imaginé. Plusieurs transformations étaient déjà à l’œuvre dans l’organisation, avec le BIM (Building information modeling), l’ERP, etc. ce qui nous a fait prendre conscience que nous étions face à un réel projet de transformation digitale global au sein de l’entreprise.

 

 

Quel rôle a joué Arctus dans ce projet ?

Arctus a été mandaté sur la première étape du projet, afin de réaliser un audit de notre maturité digitale, et recenser l’ensemble des besoins du groupe, pour construire avec nous une feuille de route de cette transformation digitale. Jusqu’alors il n’y avait pas de projet de transformation global à toute l’entreprise, mais elle était déjà à l’œuvre à différents niveaux, de façon indépendante. Arctus nous a aidé à faire ce travail de recensement et de mise à plat des différents projets, pour les inscrire dans une feuille de route unique.

 

 Quelles ont été les étapes charnières de ce projet ?

Il a été nécessaire de faire prendre conscience à tous les acteurs du groupe qu’il s’agissait d’un projet de grande ampleur, qui allait durer plusieurs années, et impacter l’ensemble des collaborateurs, et pas seulement la communication. Les métiers, le business et les clients sont parmi les premiers touchés, et il était nécessaire de faire un état des lieux pour comprendre où nous en sommes, et quels sont nos besoins pour la suite. Arctus a su se reposer sur les réels besoins des collaborateurs, et n’est pas simplement venu avec un catalogue et une proposition d’outils à déployer. Leurs recommandations ont été réalisées sur-mesure, pour coller au mieux à la réalité de notre entreprise, de nos métiers, et de notre culture.

 

Quels sont les résultats attendus/perçus du projet ?

Il faut aujourd’hui sensibiliser l’ensemble des acteurs, à commencer par les 200 cadres et encadrants, en faisant de l’acculturation et en les associant aux projets en cours et à venir.  Pour ce faire, nous avons organisé une journée réunissant l’ensemble des managers, le BTeam, qui a eu un impact très positif sur l’ensemble des participants. La journée était dynamique, et très digitale, avec notamment l’utilisation d’une application de quizz en live pendant toute la journée. L’ensemble des projets de transformation ont été présentés, et les participants y ont été associés, en choisissant ceux auxquels ils souhaitaient donner la priorité.

Par la suite, le risque est que les projets reprennent leur vie autonome, et ne s’articulent pas complètement au sein d’un projet global. Il faut que nous gardions cette dynamique fédératrice pour la suite des projets, pour que tout le groupe avance ensemble dans le même sens

bim

 

Quelles sont les prochaines étapes à venir ?

A présent, les différents porteurs vont lancer leur projet, selon la priorité et la complexité qui a été définie au préalable. Par exemple, du côté de la communication interne, nous allons devoir refondre l’intranet. A présent, on en vient à se poser les questions pratiques : quand ? combien ? On va constituer un groupe projet, et y associer les cadres qui avaient manifesté de l’intérêt pour ce sujet. En parallèle, d’autres sujets avancent toujours : le BIM, le renouvellement de la téléphonie, notre ERP en développement… Un projet de SIRH devrait aussi voir le jour en 2017.

 

Si vous aviez un conseil à donner pour les personnes souhaitant mener un tel type de projet, lequel serait-il ?

Pour l’instant, nous ne sommes qu’aux prémices de notre projets de transformation. Nous verrons les résultats d’ici 2 ou 3 ans, et pourront faire un retour d’expérience plus complet. Mais par rapport à ce que nous avons déjà fait, il me semble primordial de bien prendre le temps de faire cette phase d’écoute. Souvent on imagine ne pas avoir le temps, et déjà savoir d’instinct ce vers quoi nous allons. Dans un projet comme celui-ci, il est important de fédérer, de communiquer, d’acculturer et de sensibiliser. Et cela passe aussi par l’écoute attentive de l’organisation, et des besoins des collaborateurs. Il est essentiel de mettre les collaborateurs au centre de ces transformations, en les fédérant autour d’événements dynamiques : il faut embarquer tout le monde !

 


 

Merci à Stéphanie pour ce retour d’expérience. Pour continuer les échanges, rejoignez-nous sur les réseaux sociaux :

linkedin twitter-image

retour au blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Autour des mêmes sujets